Série visuelle

#Thingsmap


L’atlas mental de Jules Grandin






Le commun des mortels a l’habitude de déceler des formes connues en regardant les nuages. Mais si nous avons pour habitude d’y voir des silhouettes, des animaux ou des visages, Jules Grandin, géographe et infographiste, y voit davantage des cartes de régions, de pays et de continents — déformation professionnelle oblige.

C’est lors d’une pause café sur la terrasse du journal Le Monde, dans le treizième arrondissement de Paris, que Jules cru apercevoir dans le ciel la forme distincte de la Bretagne. Par goût du défi, il prit en photo ledit nuage et s’empressa, de retour à son bureau, d’y aposer de tête les villes principales, créant ainsi un fond de carte inhabituel.

Ainsi est né #Thingsmap, un petit sideproject géographique que Jules Grandin alimente depuis 2016 sur Twitter avec le hashtag éponyme.




‘C'est une façon pour moi d'entretenir mon « atlas mental » car pour être en mesure de repérer un pays, un continent ou une ville, il faut avoir sa forme en tête.’



Sans retouche, sans mise en scène mais avec une présentation visuelle léchée et minimaliste, #Thingsmap n’est autre qu’un exercice mêlant photographie et géographie, rapprochant des formes trouvées au sol, dans le ciel et sur les murs, avec des analogies géographiques bien senties, au fil des déambulations de son auteur.

Aucune source d’image n’est privilégiee — le but est ici de questionner les formes des entités cartographiques connues, qu’elles soient naturelles ou arbitraires, en les rapprochant de formes produites de façon fortuite. Jules Grandin parle volontiers d’accident cartographique, un concept qui fonctionne autant avec des images aléatoires poétiques (les nuages, donc, mais aussi des flaques d’eau, des rochers, et, pourquoi pas, une assiette au restaurant) qu’avec de réels accidents laissant des traces peu râgoutantes (tâches de café, moisissures dans le métro, etc).




‘J'aime bien le côté mise en abyme cartographique, qui existe surtout depuis que j'ai pu trouver des #Thingsmap lors de voyages à l'étranger. J'aime l'idée de pouvoir trouver le Maroc en Italie, la Nouvelle-Zélande en Espagne, ...’







Jules Grandin raconte aussi, toujours sur son compte Twitter (@JulesGrandin), pas mal d’histoires sur la géographie, les cartes, les infographies et la data. Suivez-le !

Toutes les images présentées ici sont sa propriété.

Mark